• Une approche plurielle de la thérapie"Comment comprendre l'étonnante multiplicité des écoles de psychothérapie existant actuellement?

    Pour un certain nombre de thérapeutes, c'est là une question qui ne se pose purement et simplement pas : ils se contentent d'adhérer sans réserves à leur doctrine thérapeutique de référence, considérant qu'elle est la seule vraie, toutes les autres n'étant qu'un tissus d'erreurs, d'errements et d'errances idéologiques. Et cette position leur parait d'autant plus juste que leur pratique thérapeutique débouche suffisamment souvent sur des résultats qui les satisfont, et que, quand tel n'est pas le cas, ils considèrent que c'est de la faute du patient (pas assez motivé ou trop résistant) ou, plus héroïquement, de la leur (pas assez d'expérience, manque de compréhension en profondeur de la théorie), jamais en tous cas, celle de leur doctrine de référence.

    C'est que, pour le thérapeute, sa théorie est quelque chose de précieux. Sans même parler du temps, de l'énergie et des efforts financiers qu'il a du consentir pour se former, et c'est souvent considérable, sa théorie représente un morceau de son identité. Peu de psychothérapeutes se considèrent simplement "psychothérapeutes" : ils se disent plutôt bioénergéticien, transactionnaliste, analyste jungien, rogérien, programmateur neuro-linguistique, analyste, orthodoxe ou lacanien, kleinien ou néo-freudien, systémiste, psychodramatiste, ou Gestalt-thérapeute... Et cette identité, ils la partagent avec ceux qui, formés à la même école, font partie de la même Société. Adhérer à une doctrine de référence c'est donc aussi faire partie d'un groupe en partageant ses croyances...."

     
    Retrouvez ici la suite cette réflexion sur le site de Thierry Melchiorpsychologue, philosophe. Egalement d'autres textes de réflexion dans ses Publications et une bibliographie qui donne des idées de lecture.

    100 mots pour ne pas aller de mal en psy : Ce livre vise à fournir un ensemble de principes pour aider à vivre dans un rapport non-violent à soi, à autrui et au monde. Ces principes découlent des enseignements de l'hypnose et de la thérapie brève, mais aussi de ce que nous ont apporté plusieurs millénaires de sagesse tant en Occident qu'en Orient. Il contient également un ensemble de réflexions critiques par rapport à la tendance dominante aujourd'hui en psychothérapie. Il invite à l'élaboration, au delà de la philosophie et de la psychologie, d'une écosophie susceptible de nous aider à vivre en ce début de 21ème siècle. Il s'adresse aussi bien aux professionnels de la thérapie qu'à tous ceux qui sont intéressés à améliorer leur façon de mener leur vie dans un monde en perte de repères. Il contient également un ensemble de réflexions critiques par rapport à la tendance dominante aujourd'hui en psychothérapie.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • et je le prouve, enfin pas moi mais des scientifiques, comme expliqué dans cet article à retrouver ici, chez Futura Sciences

     J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé "Une équipe de l’université de Californie à Los Angeles vient éclaircir une part de ce mystère. Leurs résultats, publiés dans la revue Pnas, montrent que le fait et la manière d’être heureux conditionnent l’expression des gènes et le fonctionnement des cellules.

    Le bonheur est bénéfique pour l'organisme… à condition d’être généreux

    Des travaux précédents ont montré que les sentiments négatifs comme la peur ou le désarroi modifiaient l’expression des gènes dans les cellules immunitaires. Le profil génétique qui en résulte, appelé « profil transcriptionnel face à l’adversité » (conserved transcriptional response to adversity, CTRA), est caractérisé par une augmentation de l’expression des gènes impliqués dans la réponse inflammatoire et une diminution pour ceux jouant un rôle dans la réponse antivirale.

    Dans cette nouvelle étude, les scientifiques ont pris un angle différent et ont analysé l’effet d’émotions positives sur le profil CTRA. Pour cela, ils ont recruté 80 adultes, considérés comme heureux eudémoniques « altruistes » ou hédonismes « égoïstes », et ont analysé l’expressiongénomique de leurs cellules immunitaires. Leurs résultats sont assez surprenants, puisque les narcissiques et les généreux ont des profils CTRA opposés. En effet, contrairement aux émotions négatives, le bonheur charitable induit une baisse de l’expression des gènes de l’inflammation et une hausse de celle des gènes antiviraux. En revanche, les heureux centrés sur eux-mêmes présentent un profil CTRA similaire à celui provoqué par des sentiments noirs. "

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks Pin It

    1 commentaire
  • J'entends ce terme pour la première fois, c'est dire que le monde des thérapies est vaste. Allez vous renseigner par ici.

    La pentanalogie, kesaco?"La pentanalogie permet de mieux se connaître soi-même, de découvrir ses potentiels, mais aussi de mieux comprendre les autres.

    Elaborée successivement par deux ingénieurs dans les années 1970, cette méthode, qui reprend certains principes de la numérologie, constitue une voie de développement personnel très complète. 

    Pourquoi «pentanalogie» ? Comprenez «analogie avec un pentagramme», c'est-à-dire avec une étoile à cinq branches. 

    Découvrez les origines de la pentanalogie ainsi que les principes d'un thème pentanalogique dans les onglets suivants. Vous pouvez aussi commander un thème personnalisé ou contacter la propriétaire du site en cliquant ici."

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire

  • Chaque aliment porte en lui une valeur symbolique.

    Leurs goûts et leurs saveurs nous permettent de les repérer, mais c’est pour leur fonction dans notre équilibre que nous les choisissons et les mangeons.

    Au-delà des éléments de diététique, nos désirs alimentaires expriment notre besoin, ils nous aident à maintenir notre équilibre.

    Tout au long de la digestion, organe par organe, dès notre enfance, se constitue une partie de notre affectivité et de notre inconscient.
    Tout notre corps est constitué de molécules que nous avons un jour désirées, mangées, digérées et intégrées.
    Nous sommes des êtres de désir construits par nos désirs.

    Olivier Soulier* (site Sens et symboles) partage ici un extrait d'une de ses conférences.

    Prenez 5 minutes de votre temps pour regarder cette vidéo et je n'y peux rien, mais vous aurez sans doute envie d'acheter le DVD.

    *Médecin, homéopathe, et acupuncteur depuis le début des années 80, Olivier Soulier a ouvert une voie originale dans la lecture symbolique du corps et des pathologies, appuyée notamment sur une connaissance fine de l’embryologie, de la nutrition, des hormones, du rôle des microbes et du fonctionnement du cerveau. Sa synthèse entre médecine, symboles et spiritualité l’a rendu célèbre jusqu’au-delà des frontières.

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  • Décisions antistress.Marc Vachon nous propose cette piste de réflexion dans un pdf dont je vais vous donner la référence. En attendant voici où vous pouvez le retrouver dans son blog Oser Changer 

    "Personne ne peut diriger le vent, mais on peut toujours apprendre à ajuster ses voiles."

     

    Décisions antistress.

    Voici les références du PDF 

    Télécharger « decisions_antistress (glissé(e)s).pdf »

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Les 5 plus grands regrets au moment de mourir1. J’aurais aimé avoir eu le courage de vivre une vie qui me correspond, et non pas la vie que les autres attendaient de moi.
    «Ceci est le regret le plus partagé tous. Quand ces personnes réalisent que leur vie est sur le point de se terminer, et qu’ils la regardent avec clarté, il leur est facile de voir combien de leurs rêves n’ont pas été réalisés. La plupart n’ont pas même honoré la moitié de leurs rêves et meurent en sachant que c’est le résultat de choix qu'ils ont fait, ou pas fait. Aussi, la santé apporte une liberté dont très peu se rendent compte, jusqu'à ce qu'ils ne l'aient plus. "

    2. Je regrette d’avoir travaillé si dur.
    « Cette phrase a été formulée par tous les patients-hommes. Ils ont raté la jeunesse de leurs enfants et n’ont pas consacré suffisamment de temps à leur partenaire. Les femmes ont également mentionné ce regret, mais -question de génération- ces femmes plus âgées n’étaient pas, pour la plupart, soutien de famille.Tous les hommes regrettent profondément d’avoir consacré leur existence à leur travail. "

    3. J’aurais aimé avoir eu le courage d'exprimer mes sentiments.
    "Beaucoup de personnes ont mis leurs sentiments de côté, afin de maintenir la paix avec leur entourage. De fait, ils se sont installés dans une existence médiocre et n'ont jamais été celui/celle qu’ils étaient vraiment capables de devenir. Ils ont développé des maladies liées à l'amertume et le ressentiment que ce mode de vie a engendré. "

    4. Je regrette de ne pas avoir su rester en contact avec mes amis.

    «Souvent, ces personnes ne réalisent pas l’importance des vieux amis jusqu'à ce qu’ils soient à seulement quelques semaines de mourir, et il n'est pas toujours possible de les retrouver. Beaucoup étaient tellement pris par leurs propres vies qu'ils ont laissé ces belles amitiés se déliter au fil des ans. Il existe de profonds regrets pour ne pas donner à ces amitiés les efforts et le temps qu'elles méritaient. Au moment de mourir, la présence des vrais amis peut manquer. "

    5. J’aurais dû m'autoriser à être plus heureux.
    «Il s'agit d’un regret surprenant et pourtant récurrent. Beaucoup ne se rendent pas compte jusqu’au moment de leur mort, que le bonheur est un choix. Ils étaient restés coincés dans des vieux schémas et leurs habitudes. Le soi-disant « confort » a éteint leurs émotions, et même leur intégrité physique. La peur du changement fait qu'ils ont prétendu, pour les autres, et pour eux-mêmes, être heureux, alors qu'
    à l'intérieur, ils aspiraient à rire comme des enfants et à dire/faire des bêtises. "Les 5 plus grands regrets au moment de mourir

    Cet article est une traduction en français faite par le blog des 'Pissenlits Généreux".

    Quel superbe titre pour un blog en effet très généreux où vous trouverez des graines à faire germer : aricles, vidéos, références de livres...allez y apprendre qui était Bronnie Ware, l'auteure de ce livre.

     

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Mind mapping (suite)

    Toujours en direct du site Nomadity

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Les 4 besoins fondamentaux de l’enfantLes 4 besoins fondamentaux de l’enfant

    Pour bien se développer psychologiquement afin d’accéder à une estime de soi et une confiance en soi solides, un enfant  doit pouvoir s’appuyer sur 4 piliers ou besoins. Ces besoins sont d’ordre psychologiques  : Amour, Reconnaissance, Sécurité, Limites.

    Communiquer avec les enfants (Partie 1 – les besoins).

    Cet article est le premier de deux articles sur la communication avec les enfants. Il développe le premier aspect portant sur les piliers dont l’enfant a besoin pour se développer.

    Le deuxième article parlera de la communication avec les enfants et de l’aide de l’écoute active, très précieuse en ce domaine.

    "Chaque enfant est un être unique qui a son propre bagage et ses propres besoins. L’écueil, rencontré somme toute assez fréquemment est de confondre ses propres besoins avec ceux de l’enfant. Il y a même des cas où les besoins de l’enfant ne sont même pas reconnus en tant que tels. Ce phénomène est appelé « projection » (projeter sur l’enfant ses propres besoins ou tendances). Les projections des adultes sur les enfants se font par rapport à leur propres manques, aux manques de leur enfant intérieur. L’enfant devient inconsciemment un sorte de réparateur de ces manques."

    Vous trouverez l'article complet sur ce site de formation à l'écoute dont j'ai déjà parlé, bien documenté et agréable à lire. Voir aussi le PDF ci-joint.Télécharger « Formation Ecoute Active-1.pdf »

     

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Sur Le blog pour apprendre à apprendre

    vous trouverez un article simple et détaillé sur le cerveau dont voici un extrait :

    "Notre hémisphère gauche traite les souvenirs verbaux.Cerveau droit, cerveau gauche

    Il essaie d’ordonner le monde, c’est l’interprète.

    Il accorde beaucoup d’importance aux détails, aux mots, à la pensée linéaire, à la logique.

    Il analyse, organise, planifie, calcule.  Il aime les maths, les sciences, les langues.

     

    Cerveau droit, cerveau gaucheNotre hémisphère droit traite les souvenirs visuels.

    C’est le généraliste. Il considère les situations dans leurs globalités.

    Il s’intéresse aux images, aux couleurs, aux dimensions,  à l’imagination, aux rêves, à  l’intuition, aux sentiments, aux passions.

    C’est lui qui prend les risques.

    Il aime les sciences humaines, la philosophie, les religions,…"

    Allez regarder la vidéo qui fait partie de l'article. C'est prodigieux.

    Dessin: Marc Chalvin – extrait de Deux cerveaux pour la classe –M.J.Chalvin- Nathan Pédagogie

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  "Les manipulateurs sont parmi nous."

    Cette superbe liste vient du site CreaCoach ici, *école de coaching.

    01.Il culpabilise les autres au nom du lien familial, de l'amitié, de l'amour, de la conscience professionnelle.

    02.Il reporte sa responsabilité sur les autres, ou se démet des siennes.

    03.Il ne communique pas clairement ses demandes, ses besoins, ses sentiments et opinions.

    04.Il répond très souvent de façon floue.

    05.Il change ses opinions, ses comportements, ses sentiments selon les personnes ou les situations.

    06.Il invoque des raisons logiques pour déguiser ses demandes.

    07.Il fait croire aux autres qu'ils doivent être parfaits, qu'ils ne doivent jamais changer d'avis, qu'ils doivent tout savoir et répondre immédiatement aux demandes et questions.

    08.Il met en doute les qualités, la compétence, la personnalité des autres : il critique sans en avoir l'air, dévalorise et juge.

    09.Il fait faire ses messages par autrui.

    10.Il sème la zizanie et crée la suspicion, divise pour mieux régner."Les manipulateurs sont parmi nous"

    11.Il sait se placer en victime pour qu'on le plaigne.

    12.Il ignore les demandes même s'il dit s'en occuper.

    13.Il utilise les principes moraux des autres pour assouvir ses besoins.

    14.Il menace de façon déguisée, ou pratique un chantage ouvert.

    15.Il change carrément de sujet au cours d'une conversation.

    16.Il évite ou s'échappe de l'entretien, de la réunion.

    17.Il mise sur l'ignorance des autres et fait croire en sa supériorité.

    18.Il ment.

    19.Il prêche le faux pour savoir le vrai.

    20.Il est égocentrique.

    21.Il peut être jaloux.

    22.Il ne supporte pas la critique et nie les évidences.

    23.Il ne tient pas compte des droits, des besoins et des désirs des autres.

    24.Il utilise souvent le dernier moment pour ordonner ou faire agir autrui.

    25.Son discours paraît logique ou cohérent alors que ses attitudes répondent au schéma opposé.

    26.Il flatte pour vous plaire, fait des cadeaux, se met soudain aux petits soins pour vous.

    27.Il produit un sentiment de malaise ou de non-liberté.

    28.Il est parfaitement efficace pour atteindre ses propres buts mais aux dépens d'autrui.

    29.Il nous fait faire des choses que nous n'aurions probablement pas fait de notre propre gré.

    30.Il fait constamment l'objet des conversations, même lorsqu'il n'est pas là.

    * Faites un tour dans ce site, des conseils et des lectures, même si vous n'êtes pas coach, ni avez envie de le devenir. Vous y retrouvez aussi l'illustration.

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique