• Les 4 besoins fondamentaux de l’enfantLes 4 besoins fondamentaux de l’enfant

    Pour bien se développer psychologiquement afin d’accéder à une estime de soi et une confiance en soi solides, un enfant  doit pouvoir s’appuyer sur 4 piliers ou besoins. Ces besoins sont d’ordre psychologiques  : Amour, Reconnaissance, Sécurité, Limites.

    Communiquer avec les enfants (Partie 1 – les besoins).

    Cet article est le premier de deux articles sur la communication avec les enfants. Il développe le premier aspect portant sur les piliers dont l’enfant a besoin pour se développer.

    Le deuxième article parlera de la communication avec les enfants et de l’aide de l’écoute active, très précieuse en ce domaine.

    "Chaque enfant est un être unique qui a son propre bagage et ses propres besoins. L’écueil, rencontré somme toute assez fréquemment est de confondre ses propres besoins avec ceux de l’enfant. Il y a même des cas où les besoins de l’enfant ne sont même pas reconnus en tant que tels. Ce phénomène est appelé « projection » (projeter sur l’enfant ses propres besoins ou tendances). Les projections des adultes sur les enfants se font par rapport à leur propres manques, aux manques de leur enfant intérieur. L’enfant devient inconsciemment un sorte de réparateur de ces manques."

    Vous trouverez l'article complet sur ce site de formation à l'écoute dont j'ai déjà parlé, bien documenté et agréable à lire. Voir aussi le PDF ci-joint.Télécharger « Formation Ecoute Active-1.pdf »

     

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Sur Le blog pour apprendre à apprendre

    vous trouverez un article simple et détaillé sur le cerveau dont voici un extrait :

    "Notre hémisphère gauche traite les souvenirs verbaux.Cerveau droit, cerveau gauche

    Il essaie d’ordonner le monde, c’est l’interprète.

    Il accorde beaucoup d’importance aux détails, aux mots, à la pensée linéaire, à la logique.

    Il analyse, organise, planifie, calcule.  Il aime les maths, les sciences, les langues.

     

    Cerveau droit, cerveau gaucheNotre hémisphère droit traite les souvenirs visuels.

    C’est le généraliste. Il considère les situations dans leurs globalités.

    Il s’intéresse aux images, aux couleurs, aux dimensions,  à l’imagination, aux rêves, à  l’intuition, aux sentiments, aux passions.

    C’est lui qui prend les risques.

    Il aime les sciences humaines, la philosophie, les religions,…"

    Allez regarder la vidéo qui fait partie de l'article. C'est prodigieux.

    Dessin: Marc Chalvin – extrait de Deux cerveaux pour la classe –M.J.Chalvin- Nathan Pédagogie

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  "Les manipulateurs sont parmi nous."

    Cette superbe liste vient du site CreaCoach ici, *école de coaching.

    01.Il culpabilise les autres au nom du lien familial, de l'amitié, de l'amour, de la conscience professionnelle.

    02.Il reporte sa responsabilité sur les autres, ou se démet des siennes.

    03.Il ne communique pas clairement ses demandes, ses besoins, ses sentiments et opinions.

    04.Il répond très souvent de façon floue.

    05.Il change ses opinions, ses comportements, ses sentiments selon les personnes ou les situations.

    06.Il invoque des raisons logiques pour déguiser ses demandes.

    07.Il fait croire aux autres qu'ils doivent être parfaits, qu'ils ne doivent jamais changer d'avis, qu'ils doivent tout savoir et répondre immédiatement aux demandes et questions.

    08.Il met en doute les qualités, la compétence, la personnalité des autres : il critique sans en avoir l'air, dévalorise et juge.

    09.Il fait faire ses messages par autrui.

    10.Il sème la zizanie et crée la suspicion, divise pour mieux régner."Les manipulateurs sont parmi nous"

    11.Il sait se placer en victime pour qu'on le plaigne.

    12.Il ignore les demandes même s'il dit s'en occuper.

    13.Il utilise les principes moraux des autres pour assouvir ses besoins.

    14.Il menace de façon déguisée, ou pratique un chantage ouvert.

    15.Il change carrément de sujet au cours d'une conversation.

    16.Il évite ou s'échappe de l'entretien, de la réunion.

    17.Il mise sur l'ignorance des autres et fait croire en sa supériorité.

    18.Il ment.

    19.Il prêche le faux pour savoir le vrai.

    20.Il est égocentrique.

    21.Il peut être jaloux.

    22.Il ne supporte pas la critique et nie les évidences.

    23.Il ne tient pas compte des droits, des besoins et des désirs des autres.

    24.Il utilise souvent le dernier moment pour ordonner ou faire agir autrui.

    25.Son discours paraît logique ou cohérent alors que ses attitudes répondent au schéma opposé.

    26.Il flatte pour vous plaire, fait des cadeaux, se met soudain aux petits soins pour vous.

    27.Il produit un sentiment de malaise ou de non-liberté.

    28.Il est parfaitement efficace pour atteindre ses propres buts mais aux dépens d'autrui.

    29.Il nous fait faire des choses que nous n'aurions probablement pas fait de notre propre gré.

    30.Il fait constamment l'objet des conversations, même lorsqu'il n'est pas là.

    * Faites un tour dans ce site, des conseils et des lectures, même si vous n'êtes pas coach, ni avez envie de le devenir. Vous y retrouvez aussi l'illustration.

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Que contient le terme "développement personnel"?Je vous recommande la lecture complète de l'article (extrait ci-dessous)du site Formation Ecoute Active, site de Roger Lanteri.

    Ce site est très riche en conseils et exercices par rapport à l'utilisation de l'écoute active de Carl Rogers.

    "Deux sortes de démarches de développement personnel : 

    "Celles qui visent à acquérir quelque chose, à développer des pouvoirs, à « avoir »des expériences et sensations mystiques (la liste n’est pas exhaustive). Cela dit pourquoi pas ? Ces démarches sont ce qu’elles sont et mon propos n’est pas, encore une fois de juger les autres ; chacun en est là où il en est et c’est parfait comme ça. Ce que j’ai pu observer toutefois, c’est que ces démarches ont en commun le fait de compenser une souffrance au niveau de l’ego et viennent en réparation à celui-ci. Tout cela, bien entendu appelle des nuances tant au niveau de l’expression que des motivations de base de la personne. Toujours est-il que ces démarches s’inscrivent directement ou indirectement dans un renforcement et un développement de l’ego.

    - Celles qui, par une pratique ou par une autre (thérapie, méditation, approche énergétique,etc), aboutissent à un dépouillement de l’egoIci, le but de l’engagement dans la démarche est de se dé-couvrir, c’est-à-dire, au sens littéral d’enlever ce qui couvre. Autrement dit, une telle démarche va dans le sens de se confronter positivement à ses mécanismes égotiques pour les faire tomber et aller vers un vrai soi, tandis que dans la première démarche, on renforce les mécanismes égotiques en se donnant l’illusion d’avoir développé un quelconque pouvoir ou d’avoir acquis quelque chose en plus. Un proverbe dit« si un as un trou dans un mur, ce n’est pas parce que tu mets un cadre devant qu’il n’y a plus le trou »."

     

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • poème de deuilNe reste pas à pleurer devant ma tombe.

    Je n’y suis pas, je n’y dors pas. 
Je suis un millier de vents qui soufflent.

    Je suis le scintillement du diamant sur la neige. 
Je suis la lumière du soleil sur le grain mûr.

    Je suis la douce pluie d’automne.

    Quand tu t’éveilles dans le calme du matin,

    Je suis le prompt essor 
qui lance vers le ciel où tournoient les oiseaux silencieux.

    Je suis la douce étoile qui brille la nuit. 
Ne reste pas à te lamenter devant ma tombe.

    Je n’y suis pas. Je ne suis pas mort.

    Ci-dessous la version originale de ce poème écrit par Mary Elizabeth Frye

    Do not stand at my grave and weep,
    I am not there; I do not sleep.
    I am a thousand winds that blow,
    I am the diamond glints on snow,
    I am the sun on ripened grain,
    I am the gentle autumn rain.
    When you awaken in the morning’s hush
    I am the swift uplifting rush
    Of quiet birds in circling flight.
    I am the soft starlight at night.
    Do not stand at my grave and cry,
    I am not there; I did not die.
    Mary Elizabeth Frye

     

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Il est probable que si l’on nous posait la question : « faites-vous preuve de négligence ? », on serait tenté d’acquiescer, car le contraire risquerait d’être perçu comme le signe d’une certaine suffisance. Par contre, si l’on nous demandait : « mais sur quels aspects faites-vous preuve de négligence ? », les choses se compliqueraient sérieusement. En effet, comment déceler ce sur quoi il nous arrive d’être négligent et le degré de notre laisser aller (régulier/passager, léger/grave) puisque, par définition, provenant d’un défaut d’attention, notre négligence ne peut être perçue clairement et directement ? Ou bien, ce qui revient finalement au même, puisqu’on ne lui accorde aucune importance.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Les gens sont illogiques, déraisonnables, et égocentriques. Aimez-les quand même. 

    Si vous faites le bien, les gens vous accuseront d'arrière-pensées égoïstes. Faites le bien de toute façon. 

    Si vous réussissez, vous gagnerez de faux amis et de vrais ennemis. Réussissez quand même. 

    Le bien que vous faites aujourd'hui sera oublié demain. Faites le bien de toute façon. 

    Lire la suite...

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Procrastination : pistes, outils et méthodes."Reportez-vous souvent les choses au lendemain ? Surfez-vous avec les limites du timing ? Regrettez-vous souvent de ne pas vous attaquer plus tôt à une tâche ? Remettez-vous tout à plus tard, au point que votre bien-être ou votre efficacité en pâtit ? Faites-vous souvent une autre action que la tâche que vous deviez accomplir ? Vous arrive-t-il de terminer une journée en considérant que vous n’aviez pas accompli tout ce que vous auriez dû ?"

    Si ces questions vous parlent, allez lire l'excellent article de David Vandenbosch, psychologue, psychothérapeute sur le site 

    MIEUX-ETRE.org

    Ensuite vous pourrez faire une recherche sur Youtube et chercher EFT+procrastination, vous y trouverez plusieurs démonstrations de tapping (en anglais surtout, vous n'aurez que l'embarras du choix et c'est bon pour pratiquer votre anglais).

    Good luck

    Je commence aujourd'hui.

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks Pin It

    1 commentaire
  •  

    Compassion ou empathie?

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks Pin It

    2 commentaires
  • "Je voudrais réintroduire l’idée de la mort. Voyez-vous, un de mes atouts est que j’ai une attitude très positive vis à vis de la mort. J’ai envie de mourir. Pas demain, pas après demain, mais j’ai très envie que ma vie trouve un achèvement, et je voudrais que cet achèvement se passe à un moment où je ne sois pas plus diminué que nécessaire. Bien sûr, on diminue, mais si on pouvait – il y a des gens qui le font – se dire : « maintenant, ça y est, ma vie a été merveilleuse. Je la quitte avec d’autant plus de plaisir que j’ai encore du plaisir à vivre et que j’aurais donc du plaisir à mourir, car les deux plaisirs pour moi ne font qu’un. Je crois beaucoup que la mort n’est qu’un passage comme la naissance.Quelque chose en nous se répand largement dans le temps.

    Donc si on peut avoir cette attitude positive vis à vis de la mort, on peut ne pas avoir peur de vieillir, en sachant que l’on trouvera le moyen de s’en aller quand l’heure paraîtra venue. Je reconnais que ce sont des considérations qui ne tiennent pas vraiment la route, car on a pas encore les vrais moyens de dire « allez hop ! j’arrête ». Pourquoi maintenant ? Parce que je vais avoir 90 ans ? Cela peut être absurde de se mettre une telle barrière !

    (photo Richard Dumas, Paris, 2011. Agence VU)

    Je suis favorable à ce que l’on donne aux gens la possibilité de décider qu’ils en ont assez et qu’on leur trouve un moyen « sympathique » de s’en aller. Comment respecter ce choix de s’en aller sans passer par l’euthanasie, sans demander à un autre qu’il s’implique dans votre mort ?"

    Interview de Stéphane Hessel à lire en entier sur le site de Marie de Hennezelle

    Poème de Appolinaire lu par Carole Bouquet aux funérailles aux Invalides

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique