• "Je voudrais réintroduire l’idée de la mort. Voyez-vous, un de mes atouts est que j’ai une attitude très positive vis à vis de la mort. J’ai envie de mourir. Pas demain, pas après demain, mais j’ai très envie que ma vie trouve un achèvement, et je voudrais que cet achèvement se passe à un moment où je ne sois pas plus diminué que nécessaire. Bien sûr, on diminue, mais si on pouvait – il y a des gens qui le font – se dire : « maintenant, ça y est, ma vie a été merveilleuse. Je la quitte avec d’autant plus de plaisir que j’ai encore du plaisir à vivre et que j’aurais donc du plaisir à mourir, car les deux plaisirs pour moi ne font qu’un. Je crois beaucoup que la mort n’est qu’un passage comme la naissance.Quelque chose en nous se répand largement dans le temps.

    Donc si on peut avoir cette attitude positive vis à vis de la mort, on peut ne pas avoir peur de vieillir, en sachant que l’on trouvera le moyen de s’en aller quand l’heure paraîtra venue. Je reconnais que ce sont des considérations qui ne tiennent pas vraiment la route, car on a pas encore les vrais moyens de dire « allez hop ! j’arrête ». Pourquoi maintenant ? Parce que je vais avoir 90 ans ? Cela peut être absurde de se mettre une telle barrière !

    (photo Richard Dumas, Paris, 2011. Agence VU)

    Je suis favorable à ce que l’on donne aux gens la possibilité de décider qu’ils en ont assez et qu’on leur trouve un moyen « sympathique » de s’en aller. Comment respecter ce choix de s’en aller sans passer par l’euthanasie, sans demander à un autre qu’il s’implique dans votre mort ?"

    Interview de Stéphane Hessel à lire en entier sur le site de Marie de Hennezelle

    Poème de Appolinaire lu par Carole Bouquet aux funérailles aux Invalides

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Prière amérindienne aux six directions

     

    Prière amérindienneGrand-Esprit d’Amour, 

    viens à moi avec la puissance du Nord (couleur blanche). 

    Rends-moi courageux lorsque les vents froids me fouettent. 

    Donne-moi la force et le courage 

    devant tout ce qui est dur, tout ce qui me fait mal, 

    tout ce qui me fait tordre de douleur. 

    Fais-moi passer à travers la vie 

    en absorbant tout ce que le Nord m’apportera d’épreuves. 

     

    Grand-Esprit de Lumière, 

    viens à moi de l’Est (couleur jaune) 

    avec la puissance du soleil levant. 

    Que mes paroles soient toujours lumière. 

    Éclaire les chemins que je vais parcourir aujourd’hui. 

    Rappelle-moi le don de chaque jour nouveau. 

    Et ne me laisse jamais à ce point accablé de chagrin 

    que je ne sache plus comment me relever et recommencer. 

     

    Grand-Esprit de la Création, 

    envoie-moi les vents doux et chauds du Sud (couleur rouge) 

    Caresse-moi et sois mon réconfort 

    lorsque je suis mort de fatigue et transi de froid. 

    Ouvre-moi comme les bourgeons, 

    comme la brise ouvre les feuilles des arbres. 

    Et comme tu donnes à la terre tes vents chauds et mouvants, 

    garde-moi près de Toi, source de toute chaleur. 

     

    Grand-Esprit, Donneur de Vie, 

    je fais face à l’ouest (couleur noire) 

    la direction du coucher du soleil. 

    Rappelle-moi chaque jour que le moment de la nuit viendra 

    où mon soleil se couchera et s’éteindra. 

    Ne me laisse jamais oublier que je dois me blottir contre Toi. 

    Donne-moi, alors quelques couleurs vives, 

    un ciel d’or éclatant pour mon déclin, 

    de sorte que lorsque viendra le moment de te rencontrer, 

    je puisse resplendir de gloire. 

     

    Grand-Esprit de toute Vie, 

    je te prie, bien collé à cette terre (couleur verte). 

    Aide-moi à me rappeler, lorsque je m’étends sur le sol, 

    que je dois rendre grâce à cette terre 

    et de ne jamais lui faire de mal en la piétinant. 

    Donne-moi des yeux tout pleins d’amour 

    pour tout ce que la Terre, notre Mère, nous fournit, 

    et apprends-moi à aimer tous tes dons. 

     

    Grand-Esprit des cieux sans fin (couleur bleue) 

    élève-moi vers Toi, que mon coeur puisse te vénérer 

    et aller vers Toi dans la gloire. 

    Fais que je n’oublie pas que tu es mon Créateur, 

    plus grand que moi, mais si avide de me voir vivre bien. 

    Que tout ce qui est dans l’univers élève mon esprit et ma vie vers Toi 

    afin que je puisse cheminer vers Toi dans la vérité et avec mon cœur. 

     

    Amen. 

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Méditer, un bel exemple

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Gratitude

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Qui est Jean-Jacques Charbonnier? voici sa réponse :

    "Mon métier de médecin-anesthésiste-réanimateur fait de moi un professionnel averti de la NDE (ou EMI, Expérience de Mort Imminente) car voilà maintenant plus de 20 ans que je m'occupe de personnes en état de mort imminente ; des comateux qui, plongés dans les limbes d'une dimension inconnue, parviennent parfois à revenir à la vie après avoir traversé une expérience bouleversante...." Extrait de son site où vous trouverez beaucoup d'informations sur ses conférences, déplacements, livres...

    Voici ce qu'il écrit : 

    1° Un état de conscience modifié est possible lorsque le cerveau s'arrête de fonctionner.

    2° Il peut s'établir une véritable communication télépathique avec les comateux qui sont non seulement capables de recevoir mais aussi d'émettre des pensées.

    3° Un souffle de vie quittant le corps a pu être physiquement ressenti par de nombreux soignants au moment de la mort.

    4° Le comateux peut se conceptualiser comme étant une entité dégagée d'un corps terrestre et relié à lui par un cordon. Ce concept simpliste me permet entre autre d'expliquer aux familles des comateux et aux soignants la façon de se comporter avec eux.

    5° Une vie est possible dans une autre dimension lorsque la mort physique survient et que ce cordon est coupé.

    Ecoutez cet interview

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire
  • Guy Bedos disait : "Mon frère, quand on fait sa connaissance, on regrette de ne pas avoir fait psycho. Après quand on le connait mieux, on regrette de ne pas avoir fait judo. 

    En voici une démonstration pas banale de cette théorie.

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires