• Poème d'adieu.

    poème de deuilNe reste pas à pleurer devant ma tombe.

    Je n’y suis pas, je n’y dors pas. 
Je suis un millier de vents qui soufflent.

    Je suis le scintillement du diamant sur la neige. 
Je suis la lumière du soleil sur le grain mûr.

    Je suis la douce pluie d’automne.

    Quand tu t’éveilles dans le calme du matin,

    Je suis le prompt essor 
qui lance vers le ciel où tournoient les oiseaux silencieux.

    Je suis la douce étoile qui brille la nuit. 
Ne reste pas à te lamenter devant ma tombe.

    Je n’y suis pas. Je ne suis pas mort.

    Ci-dessous la version originale de ce poème écrit par Mary Elizabeth Frye

    Do not stand at my grave and weep,
    I am not there; I do not sleep.
    I am a thousand winds that blow,
    I am the diamond glints on snow,
    I am the sun on ripened grain,
    I am the gentle autumn rain.
    When you awaken in the morning’s hush
    I am the swift uplifting rush
    Of quiet birds in circling flight.
    I am the soft starlight at night.
    Do not stand at my grave and cry,
    I am not there; I did not die.
    Mary Elizabeth Frye

     

    « "La négligence, ce petit défaut?...Free hugs, un peu de douceur. »
    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks Pin It

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :