• Je suis un millier de vents qui soufflent

    Ne reste pas à pleurer devant ma tombe, 
    Je n’y suis pas, je n’y dors pas. 
    Je suis un millier de vents qui soufflent ; 
    Je suis le scintillement du diamant sur la neige. 
    Je suis la lumière du soleil sur le grain mûr ; 
    Je suis la douce pluie d’automne.

    Quand tu t’éveilles dans le calme du matin, 
    Je suis le prompt essor 
    Qui lance vers le ciel où ils tournoient les oiseaux silencieux. 
    Je suis la douce étoile qui brille la nuit. 
    Ne reste pas à te lamenter devant ma tombe. 
    Je n’y suis pas ; je ne suis pas mort.

    Anonyme

    « INREES, vous connaissez ?En Guadeloupe, un petit signe »
    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :