• Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Ne me dites pas merci, c'est tout naturel

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Pourquoi ai-je tant de mal à m’y mettre ?

     Le désordre représente toutes les décisions qu’on n'a pas prises, qui restent à prendre, et la sensation que cela demande une énergie considérable. Eliminer, c’est apprendre à faire des choix et cela peut être douloureux. En outre, conserver un maximum d’objets donne parfois un sentiment de sécurité.

     

    Pourquoi ai-je intérêt à le faire ? 

    Le désordre est l’équivalent visuel d’un bruit de fond. Il fatigue, au sens propre (fouiller pour retrouver ce que l’on cherche) comme au figuré (stress, découragement) et il nous coûte : perte d’argent (racheter ce qu’on ne retrouve plus) et de temps. Trier, c’est maîtriser l’espace et le temps, c’est mettre de l’ordre dans sa tête et dans sa vie. Faire de la place autour de soi, c’est faire de la place en soi : se débarrasser de l’inutile permet de s’ouvrir au changement

     

    Pourquoi et comment ranger ?1/ Je segmente l’espace. On divise la maison en zones (salon, cuisine,…)et chaque semaine, pendant un mois, on intervient dans l’une de ces zones. Chaque jour, on se fixe une mission : le bureau encombré, l’étagère inatteignable. On prend une photo avant pour admirer le résultat après.

     2/ Je me fixe une durée. 15 minutes par jour, pas plus (sinon, gare à la démotivation et au découragement). On ne sort que ce qu’on est capable de ranger en un quart d’heure.

    3/ Je m’équipe. Un sac poubelle (pour les objets à jeter), et deux corbeilles (à donner/à vendre). On commence à trier à l’entrée de la pièce et on tourne dans le sens des aiguilles d’un montre sans sauter un endroit.

    4/ Je suis sans pitié. Si on n’a pas utilisé cet objet depuis plus d’un an, on élimine. On oublie les « ça peut toujours servir ».

    5/ Je me fais aider si besoin de façon à être plus objective, notamment pour les objets à valeur sentimentale (le collier de coquillages, les dessins de maternelle de la copine…). Et on n’oublie pas que les souvenirs, c’est aussi dans la tête !

    6/ Je ne laisse pas traîner. Quand le sac « à jeter » est plein, interdiction de le rouvrir. On le dépose tout de suite dans la benne à ordures. Même destin pour le contenant « à donner » : direction la voiture pour l’apporter à une association. Quand à celui « à vendre » il n’a d’utilité que si l’on sait comment procéder (un vide-grenier prévu), sinon on donne.

    7/Je fais place nette. En passant l’aspirateur, en donnant un coup d’éponge, en aérant la pièce, après avoir libéré de l’espace. Et on se félicite en regardant l’éventuelle photo avant/après.

    8/ Je fais durer. En évitant de remplir encore : si un nouvel objet entre, un ancien doit sortir. Ou on élimine d’abord et on achète ensuite. Et on se méfie des « pièges accumulateurs » (promos, échantillons gratuits…)

    9/ Je suis régulière. Si ce grand exercice de rangement est à faire une fois par an, le quotidien doit intégrer de nouveaux réflexes : ranger chaque objet déplacé, décider d’une organisation pour les choses usuelles (le linge propre dans l’armoire de la chambre, les clés dans le tiroir…) et s’y tenir.

    10/ J’évite de m’éparpiller. On ne se met pas à lire les articles de journaux découpés il y a deux ans ou à recoudre un bouton d’une vielle veste.

    Pourquoi et comment ranger ?

    Merci à B. lectrice fidèle qui m'a envoyé ce texte qu'elle a elle-même trouvé dans un numéro du magazine Avantages, sur le site vous trouverez une méthode pour ranger facilement.

     

    Léonard de Vinci : « La simplicité est la sophistication suprême. »

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • One hug a day keeps the doctor away.

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Le douloup (conte)Chacun(e) d’entre nous est porteur/se de deux faces ! Le bien et le mal se côtoient en chacun(e) ! Le nier ne sert qu’à vous déforcer. Voici comment vivre au mieux de vos aspirations...
    Un vieil homme Cherokee apprend la vie à son petit fils. " Un combat a lieu à l’intérieur de moi, dit-il au garçon. Un combat terrible entre deux loups. L’un est mauvais : il est colère, envie, chagrin, regret, avidité, arrogance, apitoiement sur soi-même, culpabilité, ressentiment, infériorité, mensonges, vanité, supériorité et ego. L’autre est bon : il est joie, paix, amour, espoir, sérénité, humilité, bonté, bienveillance, empathie, générosité, vérité, compassion et foi. Le même combat a lieu en toi-même et à l’intérieur de tout le monde."
    Le petit-fils réfléchit pendant une minute puis demanda à son grand père :  "Quel sera le loup qui vaincra ?" Le vieux Cherokee répondit simplement : " Celui que tu nourris." 
    auteur anonyme 
    © Carole Braéckman - www.lhibiscus.fr - mai 2009

    Retrouvez ce conte et beaucoup d'autres goodies chez Hibiscus.

     

    Pour compléter la lecture du conte, allez sur cette page, nos zones d'ombres, vous y trouverez matière à travaille et méditer.

    Si vous vous inscrivez à sa newsletter, vous aurez le bonheur de recevoir dans votre boite à mails, des jolis "coucous".

    Partager via Gmail Yahoo! Blogmarks Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires